Retour à La saison

Le hâvre

À la fois abri poétique et open-space de l’imaginaire, foyer d’hébergement des arts en mouvement et toboggan vers le futur du spectacle vivant, la Maison des artistes accueille des résidences de recherche et de création depuis déjà une quinzaine d’années avec la complicité hospitalière de l’EPSM d’Armentières. Un lieu de travail où se croisent en permanence artistes, publics, professionnels de la culture et de la santé. Un refuge, un abri, un asile aussi. Un vrai havre de paix quoi, protégé par les grands arbres calmes des jardins alentours, où les œuvres inventent leurs rythmes et leurs formats. Ça travaille dur, mou, à fond, au ralenti, tout le temps, par-ci par-là, la nuit, le matin, à la pause : ça prend le temps qu’il faut, à rebours de la tendance speedante de l’époque. Avec comme point de départ la situation particulière du travail dans l’art (et vice-versa) nous vous avons concocté tout un chouette programme associant formes scéniques en construction et discussions-jeux avec l’internationale franco-belge des artistes sympas.

Allez, venez !

L'équipe du Vivat

 

Nous construisons des objets, nous bâtissons des projets, nous affinons des budgets et parfois nous caressons des doigts l’idée qu’un jour, avec de l’art dedans, nous construirons enfin un monde plus que beau. Acharné-e-s, nous continuons à faire encore plus avec toujours moins.

We are not the robots but We are multi-multi : multi-casquettes, multi-fonctions, multi-outils, multi-admi, multi-formats, multi-facettes, nous faisons partie du fameux Club-des-Amie-s-du-Travail-Passionné ou de la Fédération-du-Frôlage-de-Burn-Out-Permanent ou bien nous décidons subitement de tout arrêter pour faire du pain en Ardèche, mais finalement nous continuons tout de même à vendre des performances sur le côté.

La nuit, nous sommes fort-e-s et nous malaxons des idées géniales et irréalisables ; le jour, nous avons tout oublié. D’autres jours encore, nous nous caressons la frange ou la moustache en respirant le bonheur de faire ce métier : “au moins je suis libre”, “je travaille pour le bien”, etc. Parfois, nous nous tapotons l’épaule fermement (“courage”) et d’autres fois, nous prenons un peu plus que deux heures pour échanger des conseils contre de l’argent ou de l’argent contre de l’argent ou des conseils contre des conseils et ça, on se dit, “on devrait le faire plus souvent”.

Nous sommes bricoleurs-e-s culturel-le-s, artiste-s-chercheur-se-s, producteurs-trices autodéclaré-e-s scout-forever, surfeurs-e-s comptables de la pensée multiple en tous genres.

Et puis : vous. Vous qui, éventuellement, vous demandez ce que nous transportons dans nos sacoches ces jours-ci.

Et là, fin juin, quand se clôt la “saison” des théâtres, à la lueur du soleil presqu’estival du nord, le temps de 2 jours et 1 nuit, vous & nous nous rassemblons.

Mathilde Maillard

 

 

AVEC AU PROGRAMME :
 

- Sorties de résidence :

Vacances vacance, Ondine Cloez

Les forêts peuvent muter, Samuel Hackwill

Le jour où le penseur de Rodin s'est transformé en gomme, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii

 

- Ca sent bon le travail :

Dominique Gilliot, troubadoure ponctuelle (interventions surprises pendant les deux jours)

Pamina de Coulon, performeuse chercheuse

Caroline Godart, philosophe transformiste

Yvonne Harder, conseillère en cuisine collective

 

- Relâche ! Surprises multiples + fête + DJ set

 


LE PROGRAMME EN UN COUP D'OEIL ICI

 

 

Pour des raisons autant esthétiques que politiques, Le Hâvre est en cousinade jumelante avec Mon inouïe symphonie (24 + 25/06). Organisé par Fructôse à Dunkerque, ce festival de performances et de concerts - mais aussi salon de la petite édition - se tient depuis 15 ans dans un vrai port, très exactement sur un ancien môle de Dunkerque. Nous vous invitons bigrement à y aller, d'ailleurs un bus gratuit part de Lille et passe par Armentières à la fin du Hâvre. Et puis en voici le programme, ici.

 

http://levivat.net