[søl] Poème parlé entre sol et ciel

Thomas Suel

[søl] pour dire « seul ». Pour évoquer la solitude dans un spectacle en solo et, en même temps, parler du commun car nos solitudes sont communes. Mais c’est aussi [søl] pour dire « sol », pour célébrer le sol. Car le sol aussi nous appartient à tous. Le sol où vont nos solitudes, le sol et ses horizons. Comme un morceau de soleil. Thomas Suel, artiste passeur, trace des traits d’union entre singulier et pluriel et nous parle de là où nous sommes, entre ciel et sol. Des seuils qu’il nous invite à enjamber au fil d’un spectacle en mouvement qui concilie l’intérieur et l’extérieur, le personnel et l’universel, le théâtre et la poésie.


Originaire du Pas-de-Calais, Thomas Suel anime depuis 2005 des ateliers d’écriture et de mise en voix, notamment au sein de la Générale d’Imaginaire. Si l’écriture et la déclamation de ses textes sont ses principales activités, il est également acteur et musicien. Ses propositions scéniques se déclinent sous plusieurs formats : spectacle, lecture, ou performance poétique solo, comme [dukõne] et [nu], que le Vivat a accueilli en 2013. Il est artiste-compagnon de Culture Commune depuis 2012.